Pour les Parisiens, cette image est surréaliste. Ces personnes, en file indienne, sur le trottoir de l’avenue Mont-Royal, attendent le bus. Et c’est partout pareil. Pas seulement à l’arrêt du 97 qui remonte toute l’avenue. Cette image est très banale. Devant les restaurants, dans le métro (où la file est un peu moins disciplinée, certes), à la piscine (si si, on attend que celui qui est arrivé avant reparte), dans les concerts (chacun retrouve sa place, même s’il va aux toilettes), bref, partout.

À Montréal, les gens sont super polis. Comme à peu près partout en Amérique du Nord d’ailleurs. Dans les magasins, on vous demande comment ça va et si vous avez trouvé tout ce que vous cherchiez (comme au Jean Coutu par exemple), dans les restos, les serveurs sont hyper aimables.

Je me souviens de ma mère, de passage à Montréal, s’amusant (tout fort comme si personne ne la comprenait) de cette drôle habitude de faire la queue en file indienne. D’abord un peu honteuse (« Maman, fais pas ta Française de service… »), aujourd’hui, je m’interroge. Pourquoi? Pourquoi tant de discipline et de politesse dans les lieux publics?

Après près de trois ans passés au Québec, je crois avoir la réponse. La politesse québécoise et la politesse parisienne sont différentes. C’est simplement culturel. Parce qu’il y a une autre habitude ici, à chaque porte. Personne, jamais, ne tient la porte. Et c’est partout pareil. La porte à l’entrée du métro, à l’entrée du resto (sauf mon mec, of course) ou à la piscine. Et même quand on a un bébé sur (ou dans, d’ailleurs) le ventre, une poussette ou qu’on a des béquilles. Jamais. Et ça me choque toujours autant.

Après cette longue immersion en territoire québécois, je m’adapte, donc. À présent, je fais la queue comme tout le monde, et des fois, j’avoue, je ne tiens pas la porte.

Publicités