À Palavas, difficile d’empêcher Babychou de manger du sable et de conserver pour ma part ma dignité capillaire.